6 questions réponses sur la nymphoplastie

On peut imaginer que la chirurgie esthétique s’applique uniquement aux parties visibles de notre corps. Mais contre toute attente (du moins, en ce qui me concerne), les plasticiens effectuent également des interventions très intimes à l’instar de la nymphoplastie.

Qu’est ce que la nymphoplastie ?

La nymphoplastie est une réduction des petites lèvres. Elle réduit l’hypertrophie, c’est-à-dire une taille excessive par rapport aux grandes lèvres, occasionnant un dépassement.

Comment identifier l’hypertrophie ?

En ce qui concerne les petites lèvres, il n’y a pas vraiment de standard. Par contre, la saillie de ces lèvres intimes peut occasionner des gênes, voire des douleurs. En règle générale, ce sont les femmes avec des petites lèvres de 4 cm ou plus qui demandent une réduction.

A qui s’adresse la nymphoplastie ?

La nymphoplastie permet de remédier aux gênes physiques et douleurs engendrées par un frottement ou un coincement des petites lèvres. La pratique du vélo, le port de strings et de pantalons serrés, un blocage au moment de la pénétration ou encore une certaine honte à se dénuder sont autant de motifs valables.

Comment se déroule l’opération chirurgicale ?

La réduction des petites lèvres se fait en retirant l’excédent de muqueuse. La technique « triangulaire » permet d’avoir des cicatrices très discrètes car masquées sous les plis naturels. La technique « longitudinale » fait référence à un retrait de l’excédent de muqueuse sur toute la longueur des petites lèvres. L’opération s’effectue entre 45mn, en moyenne, sous anesthésie locale ou générale.

Comment se préparer à l’intervention ?

2 consultations préopératoires sont conseillées. 10 jours avant la nymphoplastie, il faut arrêter la prise de médicaments occasionnant des saignements. Un arrêt de travail allant de 2 jours à 1 semaine peut être prescrit selon l’activité professionnelle de la patiente.

Et après ?

Le retour à domicile se fait dans le courant de la journée. Si les rapports sexuels sont et l’utilisation de tampons sont possibles 1 mois après la nymphoplastie, il faut de 6 à 12 mois pour que la cicatrisation évolue correctement. D’un point de vue esthétique, la vulve reprend sa taille « normale » au bout d’environ 3 mois. La résorption des fils se fait au bout de 1 à 2 semaines. pour une opération de nymphoplastie à Paris découvrez notre article.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *