Calculs rénaux : symptômes, traitement et prévention

Les calculs rénaux sont un problème courant. Ils sont souvent liés à nos habitudes alimentaires, à la quantité de liquides que nous buvons et à notre poids. Si vous avez déjà souffert d’un calcul rénal, vous savez ce qu’est une douleur atroce. De nombreuses femmes qui ont vécu à la fois le passage d’un calcul rénal et un accouchement naturel sans aucune anesthésie déclarent que l’accouchement a été le moins douloureux des deux !

Les calculs sont une affection courante qui se manifeste chez l’homme depuis l’Antiquité. Ils ont même été trouvés dans une momie égyptienne datant de 7000 ans. La bonne nouvelle est que la plupart d’entre eux passent spontanément sans nécessiter d’intervention chirurgicale. Si une intervention chirurgicale est nécessaire, elle est peu invasive.

Comment se forment les calculs rénaux ?

Ils se forment lorsque des minéraux qui sont normalement dissous dans l’urine précipitent hors de leur état dissous pour former des cristaux solides. Cette formation de cristaux se produit souvent après les repas ou pendant les périodes de déshydratation. La plupart des calculs rénaux se manifestent pendant le sommeil, à un moment de déshydratation maximale.

La déshydratation est également la raison pour laquelle les calculs rénaux se manifestent beaucoup plus souvent pendant les chaudes journées d’été qu’en hiver. Tout ce qui favorise la déshydratation peut contribuer à la formation d’un calcul, notamment l’exercice, les saunas, le yoga chaud, la diarrhée, les vomissements, la préparation intestinale en vue d’une coloscopie, etc.

En plus de la déshydratation, un autre facteur qui peut contribuer à sa formation est la consommation excessive de certaines vitamines. Le principal coupable est la vitamine C, également connue sous le nom d’acide ascorbique. Lorsqu’elle est métabolisée par l’organisme, la vitamine C se transforme en oxalate, l’un des composants des calculs d’oxalate de calcium, le type de calcul le plus courant. Le problème est que la vitamine C est une vitamine hydrosoluble, de sorte que toute consommation excessive n’est pas stockée dans l’organisme mais apparaît dans l’urine sous forme d’oxalate.

En outre, une consommation excessive de protéines alimentaires, de graisses et de sodium est associée à un risque accru de calculs rénaux. Le fait de souffrir d’une maladie inflammatoire de l’intestin ou d’avoir subi une opération intestinale antérieure peut également augmenter le risque de calculs. Les infections urinaires dues à certaines bactéries peuvent favoriser la formation de calculs. Le fait d’avoir un problème de parathyroïde et des niveaux élevés de calcium circulant est une autre cause de calculs rénaux. L’obésité est également un facteur de risque de calculs rénaux. Certains calculs ont une base génétique, avec une tendance à affecter de nombreux membres de la famille.

Un calcul rénal se présente d’abord sous la forme d’une minuscule particule de sable qui grossit au fur et à mesure que le « grain » baigne dans l’urine qui contient des minéraux. Ces minéraux se déposent et coalescent autour du grain. Ils peuvent se développer de façon très variable, de sorte que lorsqu’ils commencent à provoquer des symptômes, ils peuvent aller de quelques millimètres de diamètre à un remplissage complet du rein.

Quels sont les symptômes ?

Certains calculs sont « silencieux » car ils ne provoquent aucun symptôme et sont découverts lors d’examens d’imagerie réalisés pour d’autres raisons. Cependant, la plupart des calculs rénaux provoquent une douleur intense appelée colique. La douleur colique est souvent intermittente, elle prend naissance dans la région du flanc et irradie vers l’aine.  Elle entraîne souvent une incapacité à se mettre à l’aise dans n’importe quelle position, et est associée à des sueurs, des nausées et des vomissements. Les calculs rénaux peuvent également provoquer la présence de sang dans l’urine, parfois visible et, à d’autres moments, uniquement à l’échelle microscopique.

Lorsqu’un calcul se déplace dans l’uretère, il peut devenir un obstacle et bloquer l’écoulement de l’urine. Les calculs peuvent parfois provoquer des symptômes des voies urinaires inférieures tels que l’urgence et la fréquence, en particulier lorsque le calcul s’approche de la partie la plus terminale de l’uretère qui est en fait un tunnel à travers la paroi de la vessie.

Comment sont-ils diagnostiqués ?

Le diagnostic des calculs rénaux sont généralement faciles à effectuer, sur la base de leur présentation plutôt classique. Cependant, il arrive qu’un calcul ne provoque aucun symptôme et qu’il soit détecté fortuitement lors d’un examen d’imagerie tel qu’une échographie, un scanner ou une IRM. L’examen d’imagerie de choix pour l’évaluation d’un calcul rénal est un scanner non amélioré. Une radiographie simple de l’abdomen est très utile pour les calculs qui contiennent du calcium et qui sont donc facilement visibles sur une radiographie.

Comment sont-ils traités ?

La plupart des calculs passent spontanément sans intervention si on leur laisse suffisamment de temps. Le traitement conservateur comprend l’hydratation, des analgésiques et l’utilisation d’une classe de médicaments connus sous le nom d’alpha-bloquants qui peuvent faciliter le passage des calculs en relaxant le muscle lisse de l’uretère. Tant que la douleur est gérable et qu’il y a un mouvement progressif du calcul visible sur les études d’imagerie, la gestion conservatrice peut rester une option.

L’intervention est obligatoire dans les circonstances suivantes : douleur intolérable ; nausées et vomissements réfractaires accompagnés de déshydratation ; calculs plus gros qui ne sont pas susceptibles de passer ; échec de l’évacuation d’un calcul après un délai raisonnable ; obstruction significative du rein fièvre élevée.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *