Intolérance au lactose : Définition, Causes et Symptômes

La prévalence à l’intolérance au lactose va de 30% à 50 % chez les adultes en France et jusqu’à environ 99 % chez les Asiatiques. Qu’attend-on par intolérance au lactose ? Quels en sont les causes et les symptômes ? Voici les questions qui seront traitées dans cet article !

L’intolérance au lactose, qu’est-ce que c’est ?

Le lactose demeure un disaccharide que l’on retrouve spécialement dans les produits laitiers et le lait. Après ingestion, ce sucre parcourt le tube digestif pour se loger dans l’intestin grêle. En temps normal, une fois dans l’intestin grêle, le lactose est destiné à être morcelé sous l’action d’une enzyme appelée lactase en deux sucres très utiles au bon fonctionnement de l’organisme : le glucose et le galactose. Néanmoins, certaines personnes ne parviennent pas à absorber le lactose qu’ils ingèrent par faute d’une faiblesse de leur lactase ou d’une absence totale de lactase au niveau de leur intestin grêle.

 

De ce fait, le lactose continue son chemin en direction du gros intestin sans avoir été absorbé et digéré, ce qui déclenche des troubles gastro-intestinaux. Ainsi, l’intolérance au lactose est une manifestation clinique qui se définit par l’apparition d’un ou de plusieurs troubles gastro-intestinaux après qu’un individu ait consommé un aliment riche en lactose.  Selon son ampleur, on rencontre trois types d’intolérance au lactose :

  • L’intolérance primaire au lactose : ce type d’intolérance au lactose survient chez les personnes qui se nourrissent d’un peu de tout sauf les produits laitiers, notamment les Asiatiques. Au moment où la sécrétion de lactase diminue progressivement en fonction de l’âge (chez la majorité des gens normaux), cette production de lactase chute de manière drastique chez ceux qui sont privés de lactose dès les 6 premières années de leur vie.
  • L’intolérance secondaire au lactose : ce type d’intolérance au lactose est la conséquence directe à certains troubles gastro-intestinaux. Il attaque souvent les personnes sujettes aux parasites intestinaux et d’une manière générale celles qui ont été touchées au cours de leur vie par certaines affections, notamment le syndrome du côlon irritable.
  • L’intolérance au lactose liée à une insuffisance congénitale en lactase : c’est une forme d’affection parfois héréditaire qui attaque une certaine catégorie de personnes dès la naissance, empêchant la sécrétion de la lactase chez celles-ci.

L’intolérance au lactose, quels sont les symptômes ?

Lorsque l’organisme d’un individu ne parvient pas à digérer correctement le lactose, ce dernier se fermente dans l’intestin grêle entrainant par la suite des réactions :

  • le ballonnement du ventre ;
  • les douleurs et crampes abdominales ;
  • la diarrhée ;
  • les vomissements (dans les cas les plus aigus).

Ces symptômes apparaissent pour la plupart du temps lorsque l’activité de la lactase ralentit de moitié par rapport à la normale. Chez certains individus, le rythme d’activité de la lactase reste performant de l’enfance jusqu’à la vieillesse. Par contre, chez d’autres, le gène LCT qui matérialise la lactase sur le plan génétique perd une partie de sa force de travail avec l’âge. Ceux-ci sont souvent sujets à des troubles intestinaux lorsque la quantité de lactose qu’ils ingèrent atteint un certain seuil.

Cette baisse de l’activité de la lactase est plus récurrente chez les personnes originaires d’Asie, de l’Afrique, de l’Amérique du Sud, de l’Europe du Sud, de l’Europe du Nord et de l’Australie Aborigène. L’individu enclin à l’intolérance au lactose peut le traiter en consommant une faible quantité de lactose (au maximum 12 g en une prise et moins de 24 g par jour). Ceux qui sont friands aux produits laitiers, mais qui absorbent péniblement le lactose peuvent se tourner vers les fromages dépourvus de lactose, notamment la grana padano et la mozzarella.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *