EN QUOI CONSISTE L’ECHOGRAPHIE HEPATIQUE

Le foie avec la vésicule biliaire assurent la filtration et l’épuration du sang, la fabrication de la bile et de nombreuses protéines ainsi que la transformation et le stockage des substances absorbées par le tube digestif. Les causes de leur mauvais fonctionnement sont à identifier par l’échographie hépatique et ses variantes.

L’échographie pour une analyse structurelle du foie

Pour scruter non pas le fonctionnement mais la structure du foie, on procède à l’échographie par voie transabdominale sur un patient à jeun. En présence de gaz intestinaux, le sondage est à réaliser au moyen de l’écho-endoscopie. Supplantant des méthodes comme la scintigraphie hépatique et la tomodensitométrie, l’échographie est une technique de dépistage des anomalies des voies biliaires et des masses hépatiques ainsi que d’évaluation des voies hépatobiliaires en cas de douleur hépatique. Des troubles tels que les calculs biliaires, les lésions focales hépatiques, la fibrose hépatique, l’obstruction extra-hépatique, la cholécystite et les atteintes diffuses sont révélés grâce à l’échographie hépatique. L’opération est à faire réaliser par un centre d’imagerie médicale comme le Groupe RIPN qui propose l’échographie à Paris.

Ponction sous contrôle échographique

L’échographie peut servir aussi à assurer le contrôle d’une ponction effectuée sur le foie pour cathétériser les voies biliaires intrahépatiques périphériques situées au-dessus du canal hépatique. Cette intervention qui s’appelle cholangiographie transhépatique, et cholangiopancréatographie rétrograde endoscopique lorsqu’elle est soutenue par l’endoscopie, sert à la fois à diagnostiquer une atteinte hépatique et éventuellement à soigner une anomalie par insertion d’endoprothèse visant la décompression des voies biliaires. Cette solution fait également partie de la gamme d’interventions incluse dans les services du Groupe RIPN qui est en gros un spécialiste de la radiologie, de l’IRM, de la mammographie, du Doppler et de l’échographie à Paris.

L’échodoppler pour plusieurs études

Cette technique qui est non invasive vise d’une part à détecter l’hypertension portale et les structures vasculaires qui sortent de l’ordinaire. D’autre part, elle a pour objet l’évaluation de la vascularisation d’une tumeur hépatique avant opération, la perméabilité de la veine porte en vue d’une transplantation hépatique mais aussi, la perméabilité des shunts hépatiques. Elle permet en effet de déterminer le sens où le sang va dans la zone qui contourne le foie de même que la perméabilité de ses vaisseaux sanguins. L’échodoppler peut être réalisée également par le spécialiste de l’échographie à Paris, RIPN. L’échographie hépatique consiste à réaliser une imagerie du foie et du système biliaire dans un objectif de détection vis-à-vis des anomalies et d’évaluation structurelle. Dans un cas particulier aussi, elle sert à réaliser une endoprothèse, dans lequel cas elle est associée avec l’endoscopie.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *